Contact Aimez RTL sur facebook Suivez RTL sur twitter Suivez RTL sur Google+ Suivez RTL via RSS Se connecter / S'inscrire
On Refait les Courses
On refait les courses du 06 octobre 2019
Suivez RTL via RSS
Brève

Où l’on fait plus ample connaissance avec Satoshi Kobayashi…

6Commentaires

Publié le par

Le hasard a voulu, ce mercredi 29 mai à Longchamp, que je me trouve aux côtés de Satoshi Kobayashi, pour boire un café, après le quinté, au bar du pesage. Son ami, et grand spécilaiste du Japon, le grand courtier et propriétaire, Patrick Barbe, nous avait déjà présentés, mais je n’avais jamais eu l’occasion de discuter véritablement avec cet entraîneur éminemment sympathique.
Et c’est volontiers, et visiblement avec plaisir, qu’il a répondu à mes questions (que je vous épargne ici, mais elles sont contenues dans les réponses).
« J’ai un effectif de 21 chevaux… J’aimerais bien le monter à 25, 27, mais pas au-delà car, ensuite, cela devient l’usine. Je ne m’appelle pas André Fabre, et je n’ai malheureusement pas son talent. Je l’admire. Cela dit, il faut du personnel – j’ai, pour ma part, 5 employés à plein-temps et je monte moi-même tous les matins – et du matériel, style « tapis roulant »… Et si ton cheval tombe du tapis roulant, ce n’est pas grave, beaucoup moins, en tout cas, que lors d’un « canter » ou d’un galop d’entraînement. »
« Je comptais venir vivre une expérience de deux, ou trois ans, maximum, en France, et cela fait 11 ans que je suis là… Si un autre entraîneur japonais s’était déjà installé dans votre pays, je n’aurais pas tenté l’aventure… Mais, être le premier, c’est toujours un plus. Des propriétaires, compatriotes, m’ont fait confiance, je reçois dans mes boxes les champions de chez nous qui viennent, ici, participer aux grandes épreuves. C’est de la bonne « pub », pour moi. »
« Admire Fuji vient de conclure 6ème du quinté du jour, mais il n’a pas été très heureux, obligé de reculer au moment où le sprint se dessinait. Il aurait conclu à coup sûr dans le quinté, bien qu’il ne soit pas gâté, au niveau du poids. Demain, mon Onkenbayasowaka, dans la 5ème,  a lui aussi un lourd fardeau à porter, mais cela ne devrait pas l’empêcher de gagner… »
« Bien sûr, que j’ai la nostalgie de mon pays, de ma famille… Ce n’est pas toujours évident… Mais, cet été, ma mère va venir s’installer à la maison pour deux mois, et cela, c’est… »
Satoshi, ne trouvant plus les mots, s’est contenté d’écarquiller les yeux, comme Alice au pays des merveilles, un sourire « dents blanches » lui fendant le visage, et de lever bien haut, tout en l’agitant, le pouce de sa main droite.

Ajouter un commentaire

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable pour l'ensemble des sites RTL.

Dans un souci de respect de cet espace de parole, nous vous invitons également à consulter notre charte de bonne conduite.