Contact Aimez RTL sur facebook Suivez RTL sur twitter Suivez RTL sur Google+ Suivez RTL via RSS Se connecter / S'inscrire
On Refait les Courses
Les favoris
Suivez RTL via RSS
Brève

Michel Bouchet va « allègrement » sur ses 90 ans, et…

6Commentaires

Publié le par

Il a été l’une des vedettes du journal « Week-End », du temps où le tirage dépassait les 200.000 exemplaires, puis, au niveau hippique, d’Europe I, aux côtés de José Covès…

D’habitude, chaque début janvier, c’est moi qui lui passait un coup de fil, mais, n’ayant plus beaucoup de temps pour moi, en ce moment (les fidèles de ce site le savent), c’est lui qui m’a téléphoné, ce lundi 11 janvier.

« Bonjour, Jérôme. Michel Bouchet… » Il n’aurait pas eu besoin de me décliner son nom, j’avais reconnu, dès le « bonjour », sa voix à nulle autre pareille…

Je vous passe notre conversation, mais signalerai tout de même : « Je vais allègrement sur mes 90 ans, et je viens de terminer un livre sur l’influence des entraîneurs anglais qui se sont installés à Chantilly ou Maisons-Laffite (NDR : Head, Cunnington, Bartholomew, Bridgland, Clout, Bates, Carver…). Mon épouse, Françoise, va bien, elle aussi… »

L’occasion m’est donnée de remercier, encore, Michel Bouchet… Je débutais dans la profession quand il m’a donné, plusieurs fois par semaine, et des mois et des années durant, rendez-vous sur les pistes d’entraînement de Chantilly, Lamorlaye, ou Avilly-Saint-Léonard… Fils, et petit-fils, de vétérinaires équins, il a été bercé par le bruit des sabots, il connaissait tout le monde, et le moindre centimètre « des Aigles » ou de « Route des Lions »…

Il m’a présenté à tout le monde, de Ted et Mick Bartholomew, ses amis intimes, à Alfred Gibert ou Alain Lequeux… Il avait – et a toujours – ses entrées chez les plus grands acteurs des courses, histoire d’aller faire tinter deux verres de Whisky en évoquant des souvenirs glorieux, ou en se projetant dans un avenir radieux, pour tel ou tel poulain…

Je n’oublierai jamais ses expressions : « Saute dans tes galoches, je suis pressé, je file à Saint-Cloud » s’adressant à Nicole, notre secrétaire préférée (à tous), quand il arrivait, en coup de vent de Chantilly, ou encore, tout en dictant et pris d’une envie pressante : « Excuse moi, je vais donner à boire aux poneys, ils tapent dans le seau… »

Merci, Michel. Et porte toi bien longtemps encore…

Ajouter un commentaire

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable pour l'ensemble des sites RTL.

Dans un souci de respect de cet espace de parole, nous vous invitons également à consulter notre charte de bonne conduite.