Contact Aimez RTL sur facebook Suivez RTL sur twitter Suivez RTL sur Google+ Suivez RTL via RSS Se connecter / S'inscrire
On Refait les Courses
Les courses
Suivez RTL via RSS
Edito

Prix de Bourgogne : enfin, du spectacle !

12Commentaires

Publié le par

Ce dimanche 29 décembre, à Vincennes, se disputait le Prix de Bourgogne (Groupe II ? international, sur 2.100 mètres, grande piste, avec départ à l’autostart), 3ème des 4 « B » préparatoires au Grand Prix d’Amérique du 26 janvier et, autant le Prix du Bourbonnais avait laissé un goût amer, avec tous les meilleurs, qui devaient rendre 25 mètres, qui s’étaient contentés de suivre, autant, aujourd’hui, il y a eu du spectacle.

Hier samedi, Thierry Duvaldestin m’avait confié : « Même s’il a gagné cette épreuve, l’an dernier, avec, déjà, le n°1, les circonstances ne seront pas les mêmes, demain, et Ready Cash pourrait bien se faire piéger. Cette fois, Jos (NDR : Verbeeck) va démarrer et faire du train, avec Timoko, et Vanika du Ruel ne va sans doute pas s’en laisser compter. Du coup, ce sera à Franck (NDR : Nivard) de s’adapter mais, à ce jeu là, il n’est pas le plus mauvais… »

Thierry avait bien vu. Mais il ne s’attendait sans doute pas à ce que les deux lièvres franchissent le poteau des 1.500 mètres sur le pied de 1’05’’6, que le chrono serait de 1’07’’8 à 1.000 mètres du but, et de 1’09’’7 aux 500…

Finissant fort, Texas Charm l’a emporté, en 1’10’’ (nouveau record de la course, Ready Cash détenant le précédent en 1’10’’6, depuis 2011), tout près du record général du parcours (1’09’’8, Kool du Caux, dans le Prix de France 2007). Triode de Fellière prenait une excellente deuxième place devant Ready Cash, Tiego d’Etang, décoiffant pour revenir du dernier rang, et Roxane Griff, retrouvée (elle n’était pas munie d’un « bec de cane », cette fois…), qui concluait sur la même ligne, pratiquement, que Marielles et The Best Madrik, 7ème malheureux, n’ayant pu s’expriler dans le dos de Ready Cash. Up and Quick, jamais menaçant terminait 8ème devant Timoko et Univers du Pan, toujours « emmuré » vivant, côté corde.

Voici les propos que j’ai recueillis, après l’arrivée :

Julien Dubois (Texas Charm) : « Dans le dernier tournant, j’ai cru que nous serions battus par Triode de Fellière, mais, une fois en ligne, mon cheval a vraiment bien sprinté. »

Jean-Paul Marmion (entraîneur de Triode de Fellière) : « Si elle n’est pas contrainte de sortir du dos de Texas aussi tôt, si elle peut se faire emmener 50 mètres de plus, je crois qu’elle aurait pu gagner. Mais, quand on court caché, c’est le risque, il faut bien sortir à un moment donné, et ma jument, à ce niveau, n’a pas les moyens de faire le tour des autres. »

Thierry Duvaldestin (entraîneur de Ready Cash) : « On n’est pas assez fort… », a-t-il commencé par me lâcher, mais, Laurent-Claude Abrivard, qui visionnait la rediffusion de la course à nos côtés est intervenu : « Pas d’accord avec toi… Regarde, il n’y a que le tien, parmi ceux qui sont allés « devant », aujourd’hui, qui garde une place… A cette allure là, justement, il faut être fort pour faire ce qu’il fait… ». Thierry reprenait alors : « Vu comme cela, c’est vrai, tu as raison… Mais on a tendance à ne pas analyser ces grandes épreuves comme les courses de série, alors qu’en fin de compte, c’est la même chose, au niveau des déroulements... Ready n’a pas démérité, d’autant qu’il a encore quelques kilos à perdre et qu’au travail, nous n’avons fait que du léger, pour l’instant. Il nous reste 4 semaines, je pense que nous sommes dans le bon timing… Je ne sais pas encore si Ready sera au départ du Prix de Belgique.  Maintenant, Texas est impressionnant ! »

Franck Nivard (driver de Ready Cash) : « Sur le coup, j’étais un peu déçu, mais, en revoyant le film, c’est vrai qu’il est le seul à ne pas avoir molli… Tous ceux qui n’ont rien fait du parcours sont venus finir, à l’image de Tiego d’Etang… Dans mon dos, The Best Madrik s’est très bien comporté, pour sa rentrée. Mais, le jour J, Texas sera encore l’adversaire à battre. »

Philippe Allaire (propriétaire de Ready Cash) : « Je suis content de mon poney… Thierry va le faire encore monter en puissance, et il faut avouer que cela a été une vraie course, aujourd’hui. C’est bien, le Bourbonnais n’ayant pas servi à grand-chose. »

Charles Bigeon (driver de Tiego d’Etang) : « Comme on en avait convenu, avec mon père, je n’ai pas cherché à le démarrer. J’ai assuré les premiers mètres, où il m’a donné deux ou trois petits coups de « bielles », puis, en descendant, personne ne m’a laissé me rabattre vers la corde, alors, comme je ne voulais pas rester le nez au vent, j’ai dû le laisser glisser vers l’arrière… Nous étions très loin à l’intersection des pistes et, malgré un dernier virage pris « au grand large », Tiego a fini sur un drôle de pied… »

Christian Bigeon (entraîneur de Tiego d’Etang) : «Mon fils a mieux drivé que moi ! (rires). Il a su garder son sang froid jusqu’au bout… Ce que fait le cheval sort de l’ordinaire… »

Jean-Etienne Dubois (entraîneur-driver de The Best Madrik) : «  Quand tu es venu me voir, hier, et que tu regrettais de ne pas avoir mis mon cheval dans ton prono, je t’ai dit que j’allais faire la course, mais pas le fort… C'est-à-dire tenter de suivre, côté corde, pour essayer de prendre la meilleure allocation possible, et que je pouvais espérer une 4ème ou 5ème place, avec un déroulement favorable. C’est presque ce qui s’est passé… Nous n’avons pas eu nos aises, pour finir, mais ce n’est pas mal, pour une rentrée. Maintenant, il sera peut-être encore un peu juste, pour le Prix d’Amérique, je vais aviser pour la suite de son programme… Mais j’espère l’avoir au top du top  pour le Prix de France. S’il ne m’avait pas rassuré, aujourd’hui, je l’aurais déferré des 4 pieds et… envoyé au pré ! »

Jean-Michel Bazire (driver d’Up and Quick) : « Je n’avais pas plus de « gaz » que cela… Il me laisse un peu sur ma faim. Maintenant, il était ferré, s’élançait en deuxième rideau et, pour cette troisième sortie après avoir décompressé, il s’attaquait à l’élite. J’espère que, pieds nus, et plus affûté, il montrera un autre visage. »

Jos Verbeeck (driver de Timoko) : « J’ai suivi les consignes, à contrecoeur… Richard (NDR : Westerink, l’entraîneur de Timoko) m’avait demandé de prendre la tête et de tout envoyer, dès le départ… Je lui avais fait remarquer que ce n’était pas la bonne tactique et que, même si j’allais devant, je préfèrais reprendre et tenter de contrôler. Il a insisté, estimant que Timoko était « incassable » et qu’il allait remporter ce Prix de Bourgogne de bout en bout et dans un temps record… On a vu. Je ne suis pas très content, d’autant que l’un des propriétaires est venu me demander pourquoi j’avais été si vite… Je l’ai renvoyé vers Richard… »

Richard Westerink (entraîneur de Timoko ) : « J’assume complètement les ordres que j’ai donné à Jos. Je sentais mon cheval au mieux, et je le pensais capable d’un numéro… Finalement, c’est Jos qui avait raison, et, à Vincennes, il faut le mener différemment, même sur courte distance. »

Voilà, vous en savez autant que moi et, si vous avez assisté à la course, vous avez aussi gardé des « impressions visuelles ». Celles qui feront peut-être la différence, le 26 janvier… 

Ajouter un commentaire

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable pour l'ensemble des sites RTL.

Dans un souci de respect de cet espace de parole, nous vous invitons également à consulter notre charte de bonne conduite.