Contact Aimez RTL sur facebook Suivez RTL sur twitter Suivez RTL sur Google+ Suivez RTL via RSS Se connecter / S'inscrire
On Refait les Courses
On refait les courses
Suivez RTL via RSS
Edito

Pierre-Désiré Allaire, ce visionnaire...

17Commentaires

Publié le par

On dira simplement qu’il a passé le cap des 80 ans, mais le charme et l’élégance n’ont pas d’âge. Sa santé ne suit pas toujours, mais Pierre-Désiré Allaire est toujours aussi passionné et passionnant. Il a toujours les courses dans le sang, malgré les perfusions qui l’avaient obligé à abandonner son rôle d’entraîneur, pour l’écurie des Charmes, il parle la langue du cheval, avec des mots d’initié qu’il met à la portée du turfiste du dimanche.

Alors qu’il est plus fier de son fils, Philippe, pour sa réussite constante et sa perle Ready Cash, que de lui-même, et qu’il sera « dans tous ses états » le dernier dimanche de janvier, l’homme des Une de Mai, Grandpré, Fakir du Vivier et autres Gobernador n’a rien perdu de son œil exercé, même si son regard de découvreur est désormais souligné par des lunettes d’écaille…

J’ai retrouvé certaines des « leçons » qu’il m’avait inculquées, remontant à août 2007 (plus de 6 ans après, on n’en appréhende que mieux son discernement). En voici quelques-unes, en vrac…

Le « maillon faible »…

« La valeur d’une chaîne est proportionnelle à son maillon faible, et c’est par lui qu’elle peut casser, comme la vie ». (NDR : en prononçant ces mots, il m’avait montré, du pouce, sa poitrine, lui qui, en sauvant un soldant américain durant la guerre, s’était perforé un poumon, avec 5 ans de pneumothorax à la clef). « Je me suis toujours efforcé de renforcer ce maillon faible, pour améliorer mes chevaux. Souvent, pour les découvrir, il faut remonter trois générations en arrière. C’est la loi de Mendel, ce grand généticien. Si vous croisez un géant avec une naine, la première année, vous n’aurez que des géants. A la troisième génération, vous obtiendrez 33% de nains. Alors, face à un problème, de tendon, d’allures ou autres, chez tel ou tel cheval, vous trouvez parfois la solution en remontant à son arrière-grand-père ou arrière-grand-mère. A vous, alors de soigner ses pieds, d’utiliser les ondes courtes, d’opérer le suivi vétérinaire qui s’impose… »

« L’école » Allaire : le bon sens… paysan !

« Toi-même, tu as appris, alors, si tu  n’apprends rien aux gens… » Voilà la philosophie de l’homme, breton pure souche, né à Plesnin, dans les Côtes d’Armor. C’est ainsi qu’il a formé Roland Dersoir (l’homme d’Iris de Vandel et père de Jean-Loïc), son homonyme Jean-Luc Dersoir, Pierre Vercruysse, Thierry Duvaldestin, Fabrice Souloy…

« Quand un cheval te dit bonjour, en baissant la tête, c’est qu’il souffre des antérieurs. S’il te dit au-revoir, au contraire, en la remontant, l’ennui vient de ses postérieurs. S’il porte sa tête à droite, il boîte à gauche, et inversement. En ce qui concerne les épaules, parce que j’ai bien failli me faire avoir, là-dessus, il y a encore une astuce. Elle me vient de ma jeunesse. En Bretagne, les fermes étaient souvent bâties sur des petits coteaux, et il arrivait fréquemment que, pour ramener du bois ou des pommes de terre, nous soyons obligés de faire entrer nos chevaux en marche arrière. En marche avant, ils plient ce que nous pouvons appeler les coudes. S’ils n’ont pas de problèmes d’épaules, ils les plient aussi en reculant, sinon, ils dégagent leurs antérieurs, tout droits, sur le côté. Il suffit donc de leur demander d’aller vers l’arrière. Le bon… sens paysan… »

La « dissociation positive »

« Tout va se transformer. La nouvelle monte en avant donne le ton. Avant, avec les « pompiers », les chevaux poussaient du postérieur droit et posaient, en même temps, l’antérieur gauche, qui jouait un rôle de béquille, ou de frein. Il leur fallait des bottines, parce qu’il « se touchaient » souvent, d’un membre à l’autre. Aujourd’hui, allégés de l’arrière, ils posent l’antérieur avec une fraction de décalage, en léger retard, leurs battues s’étendent automatiquement de trente centimètres et, après un ou deux tours de piste, cela crée une énorme différence. C’est la « dissociation positive ». Au sulky, on peut obtenir le même résultat en déferrant des antérieurs. Mais je suis convaincu que, prochainement, les trotteurs montés, portant 55 kilos, iront plus vite que ceux attelés. »

Le « stud-book », et les paris hippiques…

« Je suis le premier à être allé aux Etats-Unis avec une poulinière française, Estovie, pour la marier avec à des étalons américains. En sont issus Classic Rodney, Korean, ou Ray Sugar, par Super Bowl, qui n’a malheureusement pas eu le droit de courir en France, alors qu’il « volait ». Jean-Pierre Dubois a, lui aussi, amené un superbe courant de sang. Le stud-book va s’ouvrir davantage, comme l’Europe et la gestion des paris, c’est la libre entreprise. Mais, attention, un trotteur français à de 8,5 à 9 millions de globules rouges. Grandpré, comme Jamin, qui étaient tous deux « métis » car ayant un pur-sang dans leur pédigrée, en comptaient de 10,5 à 11 millions. Et on connaît, les cyclistes aussi, l’importance des globules rouges. Les demi-sang américains n’en ont que 7 millions, ou un peu plus, en moyenne, et il leur est donc difficile de faire carrière dans la durée. »

Je ne sais pas, pour vous… Mais moi, « Monsieur Pierre », que je connais depuis 40 ans, m’a toujours fasciné. Et, si lui me tutoie, et me demande depuis des lustres d’en faire autant, je n’y suis jamais parvenu. Question de… Respect.

Ajouter un commentaire

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable pour l'ensemble des sites RTL.

Dans un souci de respect de cet espace de parole, nous vous invitons également à consulter notre charte de bonne conduite.