Contact Aimez RTL sur facebook Suivez RTL sur twitter Suivez RTL sur Google+ Suivez RTL via RSS Se connecter / S'inscrire
On Refait les Courses
On refait les courses du 19 janvier 2019
Edito

JMB ne changera jamais !

8Commentaires

Publié le par

Je ne l’avais pas vu depuis sa 5.000ème (suivie, dans la foulée, de la 5.001ème) victoire de sa carrière, jeudi 10 avril, au Mans, hippodrome dont il a les « clefs », lui dont l’établissement principal se situe à Sablé-sur-Sarthe. En l’abordant devant sa « loge », ce samedi 12 avril à Vincennes, j’ai fait mine de lui tirer mon chapeau à plume et d’esquisser une révérence.

Jean-Michel Bazire a tout de suite compris et a souri. Á la question : « As-tu vécu une émotion particulière en passant le poteau en tête pour la 5.000ème fois ? », il m’a répondu sincèrement : « Non, pas du tout… Comme d’hab, j’étais à fond dans ma course… Les deux autres favoris se sont montrés fautifs, il fallait que j’assure jusqu’au bout. J’ai juste été soulagé… » 

En revanche, après, il avoue qu’il a réalisé l’événement, sur « les terres » de son oncle et parrain, Christian Bazire, pour son « pote » de toujours, Jean-Michel Baudoin, le metteur au point de Bandit Charentais.

C’est l’autre JMB, Jean-Michel Baudouin, qui m’a expliqué que le nom de  « Bandit Charentais » ne comportait aucune allusion à Arnaud Chaillé-Chaillé, l’entraîneur de galop, natif de La Tremblade, à côté de La Palmyre, et grand ami de notre Bazire national. « L’éleveur nomme tous ses produits avec le suffixe « charentais »… Mais je peux te dire que celui-là, il avance… »

« Dommage… », a renchéri le détenteur de 15 Sulkies d’Or (qui en vise un 16ème, grand objectif 2014), « car ce surnom irait bien à Arnaud (rires), et cela aurait été un beau clin d’œil… »

Quand je lui ai appris que je m’étais rendu à La Palmyre pour quelques jours, il a arrondi ses yeux, visiblement pleins d’envie, et qu’il était « l’homme du jour », une fois de plus (mais comment passer à côté d’un tel « score », que même Jean-René Gougeon n’avait pas atteint ?), il m’a juste pris par les épaules, avec le même sourire que je lui connais depuis toujours…

Depuis toujours, cela veut dire ses débuts, à l’été 1987, pour son patron d’apprentissage, André-Louis Dreux, et sa première victoire, le 24 août de la même année, en selle sur Quelasio. La « Lettre du Trot » m’a ensuite rappelé les dates suivantes : 16 juillet 2000, à Pornichet, 1000ème succès avec Greenwich d’Ivoire ; 2 février 2004, à Enghien, 2000èm », associé à Need a Chance : 19 mai 2007, à Julouville-les-Pins, 3000ème, avec Qualicia Ludoise, et 27 mai 2010, à Pontchâteau, 4000ème, avec Roi du Réfoud.

Autre record à l’actif de cet homme hors du commun : les 339 gagnants qu’il a enregistrés en 2006…

Ne change pas, Jean-Mi… Mais je sais que tu ne changeras jamais. Et c’est tant mieux…

Ajouter un commentaire

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable pour l'ensemble des sites RTL.

Dans un souci de respect de cet espace de parole, nous vous invitons également à consulter notre charte de bonne conduite.