Contact Aimez RTL sur facebook Suivez RTL sur twitter Suivez RTL sur Google+ Suivez RTL via RSS Se connecter / S'inscrire
On Refait les Courses
La dernière minute du 18 juin 2019
Suivez RTL via RSS
Edito

Christelle Zimmer nous a quittés, trop vite...

16Commentaires

Publié le par

Voici la brève que je diffusais samedi soir : "Ce samedi 20 juin, à Chartres, Christelle Zimmer, jeune apprentie au service de Jean-Michel Baudoin, disputait la première épreuve du programme, en selle sur Utile Charentais, un représentant de son patron. Le tandem a tout d’abord été disqualifié et, alors que la jeune fille se trouvait en retrait du peloton, elle a été victime d’une grave chute. N’étant pas sur place, et constatant que la deuxième course était déjà retardée d’une bonne heure, j’ai voulu en savoir plus et ai téléphoné à mon "vieux copain" Christian Allanic, qui assurait le commentaire pour Equidia.

Il m’a appris : "Sa selle ayant manifestement tourné, Christelle est tombée lourdement sur le dos et, apparemment, a aussitôt perdu connaissance. Les secours sont rapidement arrivés sur place, et ont constaté que la "petite" était victime d’un arrêt cardiaque. Les médecins ont pratiqué le massage qui s’imposait, et le cœur de Christelle est reparti. Elle a été placée sous assistance respiratoire, mais les spécialistes du SAMU n’ont pas voulu l’évacuer par la route, en ambulance, et un hélicoptère est venu la chercher pour la transporter à l’hôpital de Rouen… Je ne peux t’en dire plus, pour le moment…"

Plus tard, dans la soirée, quelques coups de fil ne m’ont pas rassuré : "Les médecins se refusent à tout diagnostic…"

Dans la matinale de Bernard Poirette, ce samedi, le technicien de service m’a demandé : "Nous avons reçu des  "textos" d’auditeurs, te questionnant quant à la demoiselle victime d’une chute, hier, dont tu as parlé sur le site… Si Bernard le peut – nous sommes encore en retard – il t’enverra sur ce sujet, mais sois bref…" Le "chrono" - tout est réglé à 5 secondes près, ne l’a pas permis, et, de toute façon, je ne pouvais rien ajouter de concret.

Toutefois, en arrivant à Vincennes, ce dimanche 21 juin, pour la réunion de gala, je me voulais un arrière-fond d’optimiste. Cela aide, souvent. Jean-Michel Baudoin, ou son pote, l’autre JMB, Jean-Michel Bazire, allait me donner des nouvelles réconfortantes. Hélas, à peine arrivé dans le vestiaire, les mots terribles me sont parvenus aux oreilles : "Etat critique… Hémorragie cérébrale…"

Dans les tentes installées sur la partie centrale de l’hippodrome, pour recevoir les centaines de propriétaires de trotteurs à l’honneur, lors de cette 10ème journée annuelle leur étant consacrée, vers 12 h 30, le Président Dominique de Bellaigue a entamé son discours par une pensée, visiblement sincère – lui qui a perdu son fils sur le champ de courses d’Enghien – pour Christelle, et toute sa famille… Puis, la fête a légitimement repris ses droits.  Une bonne heure plus tard, Laurent Bruneteau, le toujours parfait "Monsieur Loyal" de ces grands événements, qui n’a pas son pareil pour mettre de l’ambiance et faire vibrer le public a repris le micro. Il n’avait pas encore véritablement crié, mais il avait pourtant la voix cassée. Avant même qu’il n’ait aligné le deuxième mot de sa phrase, comme beaucoup, j’avais compris : "Nous venons d’apprendre que Christelle Zimmer, tombée hier à Chartres, est décédée…"

Dominique de Bellaigue, puis un très émouvant Christian Bazire, Président de l’Association des Entraîneurs, sont alors intervenus. Christian, avec ses mots simples et venant du fond de son cœur, a évoqué les risques du métier (tout le monde a revu Hubert Hardy, parti il y a quelques semaines à la suite d’une ruade de l’un de ses pensionnaires, à l’entraînement), sans doute moindres qu’au galop, mais toujours bien présents, comme dans tous les sports de haut niveau et, plus globalement, en y réfléchissant, comme dans… la vie de tous les jours.

La minute de silence a été parfaitement respectée, tout le monde debout, et, presque curieusement, mais tellement compréhensible, une pluie d’applaudissements spontanés a clos ce moment de recueillement.

Christelle avait 22 ans, elle n’en était qu’à sa douzième sortie et courait toujours après une première victoire, cette sensation que tout apprenti rêve de connaître le plus tôt possible. J’ai parlé à Jean-Michel Bazire, qui a préféré s’engager avec Tony Le Beller, arrivé à ses côtés au même instant que moi… Sa conversation terminée, je suis revenu, sur la pointe des pieds, à la "charge", le priant de m’excuser. Pour la première fois depuis que je le connais, il a gentiment éludé ma question : "Oui, je la connaissais un peu. Un petit peu…".

Il venait de remporter le quinté du jour, après sa troisième place dans le "René Ballière", mais j’ai bien senti que l’homme n’avait pas la tête à se réjouir, comme il est de coutume après de tels résultats, ni même à révéler ses sentiments. La pudeur.

Pudeur aussi, et énorme chagrin, sans doute, chez Jean-Michel Baudouin qui n’a jamais regagné sa place habituelle et que, mes horaires d’intervention sur l’antenne m’empêchant de circuler à ma guise dans les écuries, je n’ai pu croiser, malgré tous mes efforts.

Les accidents mortels, au trot, sont très rares… Je me souviens d’un René Auvray, il y a très longtemps, mais il me semble qu’il avait reçu un coup de pied de cheval dans les écuries, d’André Rouer, que j’ai bien connu, tombé en course dans le dernier virage, à Vincennes, il y a déjà de nombreuses années, et, plus récemment, du jeune Yvonnick Bodin, le 11 août 2001, à Cabourg.

Ces drames sont rares, mais, comme dans une mauvaise loterie, Christelle a décroché le lot redouté de tous, ce samedi, à Chartres. J’avoue que je ne connaissais pas cette très jeune-femme, mais je me suis senti en deuil toute la journée, et ce n’est pas fini. 

Ajouter un commentaire

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable pour l'ensemble des sites RTL.

Dans un souci de respect de cet espace de parole, nous vous invitons également à consulter notre charte de bonne conduite.