Contact Aimez RTL sur facebook Suivez RTL sur twitter Suivez RTL sur Google+ Suivez RTL via RSS Se connecter / S'inscrire
On Refait les Courses
Quinté + : la dernière minute du Prix de Sainte-Mère-Église à Deauville
Edito

Le « van », l’un des outils principaux de Nicolas Blondeau…

6Commentaires

Publié le par

Suite, après l’édito d’hier 16 juillet, de la première partie de l’un des paragraphes que le fabuleux « chuchoteur » (il n’aime pas qu’on l’appelle ainsi) Nicolas Blondeau a consacré au van, dans son livre (Le débourrage, éditions Belin) : 

« Peu importe la rectitude du cheval, à l’entrée du van. Lors de la demande d’embarquement, il est courant que le cheval se place perpendiculairement à l’entrée. C’est en persévérant dans la demande d’embarquement et d’avancée sur l’homme que le cheval rectifiera sa position de lui-même, en réponse à la demande du dresseur. 

Cette étape est, comme la traction, conflictuelle. Selon leur tempérament, les chevaux peuvent manifester un mauvais vouloir dû à un mélange de peur et de caractère, ce qui provoque des réactions parfois violentes qu’il est important de maîtriser. Le dresseur se doit de ne manifester aucune appréhension, impatience ou colère, quelle que soit la durée de la manifestation ou sa violence. C’est souvent lors de cette étape que l’homme s’expose à des résistances qu’il convient de détruire. A ces « forces instinctives » doivent se substituer des « forces transmises » (Baucher), ce qui faisait sans doute dire aux Anciens qu’un cheval ne peut être dressé s’il ne s’est battu.

Une fois dans le van, immobile, le cheval a besoin de retrouver son calme. Après avoir pris le temps nécessaire à cette décompression, le dresseur prononce le mot « Recule ». L’étape de ce reculer est fondatrice : c’est la première action d’apprentissage opérant. L’exiguïté et le manque de stabilité du van ne procurent au cheval qu’une seule envie : celle d’en sortir. En lui demandant de reculer, le dresseur donne pour la première fois au cheval un ordre qui va dans le sens de son désir, ce qui correspond parfaitement à la définition de l’apprentissage opérant : le cheval trouve du plaisir (du confort) dans l’exécution de la demande.

Le van, l’embarquement et le débarquement permettent d’entrer au plus tôt dans cet état d’impulsion recherché, qui faisait dire au général L’Hotte : « Toutes les fois que le cheval est placé dans des conditions naturelles l’éclairant sur ce qu’il a à faire, le seul instinct de l’animal devient pour l’emploi de ses forces un guide autrement plus sûr que les aides du cavalier. ». C’est le fait « d’aller avec ».

La répétition de l’embarquement amène à un déplacement à pas comptés, que le cheval effectue le plus lentement possible, dans lequel il associe parfaitement les posers des quatre membres, prémices du pas rassemblé. C’est un outil fondamental dans la recherche de l’impulsion, répondant à la définition du docteur Pradier, citée plus haut, sur la relation entre soumission et impulsion.

On remarque que lorsque le cheval recule dans le calme, il ne s’accule pas, mais se grandit en abaissant ses hanches. Ce qui est confirmé par le fait qu’il recule droit, donc dans l’impulsion. Au sens figuré, on pourrait dire que le cheval se trouve dans un esprit « d’élévation » : il s’élève en apprenant. »

J’espère que ces quelques lignes instructives vous auront passionnés autant que moi et qu’Epicuris (le champion de Christiane Head-Maarek) dont Nicolas a tenté (avec quel succès dans le Derby d’Epsom) de corriger le refus de pénétrer dans une stalle de départ, va faire parler de lui, dimanche 19 juillet à Maisons-Laffitte, dans le Prix Eugène Adam (Groupe II, pour 3 ans, sur 2.000 mètres, corde à gauche), où il affrontera 5 (quel dommage !) adversaires, dont War Dispatch, Piment Rouge ou Dariyan.

Ajouter un commentaire

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable pour l'ensemble des sites RTL.

Dans un souci de respect de cet espace de parole, nous vous invitons également à consulter notre charte de bonne conduite.