Contact Aimez RTL sur facebook Suivez RTL sur twitter Suivez RTL sur Google+ Suivez RTL via RSS Se connecter / S'inscrire
On Refait les Courses
Les courses
Suivez RTL via RSS
Edito

La vérité sur « l’affaire » Verbeeck

27Commentaires

Publié le par

La rumeur affirmant que Jos Verbeeck allait se voir priver de sa licence, en France, avait même dépassé nos frontières, puisque des journaux scandinaves, norvégiens ou suédois, en avaient parlé avant même que tout ne soit officialisé. C’est pourquoi j’en avais parlé, dès mardi 10 novembre, dans ces colonnes, agacé par ce que j’avais pu lire sur des « blogs », ou « réseaux sociaux », pour couper court aux calomnies du style « Police des Jeux, paris, voire alcool »… Guillaume Maupas, le Directeur Technique de LeTrot, m’avait demandé de ne pas évoquer la réalité des faits reprochés à Jos avant la parution, ce jeudi 12 novembre au matin, Communiqué de la SECF (Société d’Encouragement au Cheval Français, soit LeTrot). Beaucoup de mes confrères étaient plus ou moins au courant, et certains journalistes (ou prétendus tels), ou des « copains » des dits journalistes, n’ont rien trouvé de mieux, pour se faire « mousser » auprès des turfistes, que de « balancer » l’info sur des sites internet, parfois même avec un certain plaisir hargneux. Il était bien évident que de bonnes âmes allaient se charger d’ « habiller » le pilote pour l’hiver, se faisant une joie de rappeler les « vieux démons » du « diable belge ».

Voici donc ce Communiqué officiel :  

« Par courrier en date du 28 août 2015, le Chef de la Division des courses du Service central  des courses et jeux de la Direction centrale de la police judiciaire du Ministère de l’Intérieur, agissant par délégation du Ministre de  l’Intérieur, a demandé aux Commissaires de la Société d’Encouragement à l’élevage du Cheval Français  (SECF) d’engager et mener la procédure contradictoire informant  M. Joseph  VERBEECK de (leur) intention de lui retirer, sur  demande du ministre de l’Intérieur, l’autorisation de driver en France par équivalence, en l’invitant à formuler ses observations ».

"Le  Ministre de l’Intérieur a motivé sa demande de retrait en indiquant que : M. Joseph VERBEECK a fait l’objet de jugements définitifs le condamnant pour des  faits  de fraude fiscale en matière d’impôts sur le revenu et de TVA , et  en  précisant que de ce fait M. VERBEECK ne remplit plus les conditions de moralité exigées pour l’exercice d’une activité agréée dans le monde des courses."

« Par courrier en date du 29 octobre 2015 et connaissance prise des éléments recueillis  par les Commissaires de la SECF auprès de M. Joseph VERBEECK et de  son conseil, à la suite de la procédure contradictoire qu’ils ont menée à  la  demande  du  Ministre  de  l’Intérieur, ce  dernier leur a confirmé sa demande de retrait de  l’autorisation  de driver en France délivrée à M. Joseph  VERBEECK  en application des paragraphes I et IV de l’article 32 du Code des courses au trot. »


« En  conséquence,  par  application  des  dispositions de l’article 12-II du décret  n°97-456  du 5 mai 1997 modifié, selon lesquelles la SECF est tenue de  retirer  l’autorisation  si  le  Ministre  de  l’Intérieur maintient sa demande  au  vu  des  observations  émises  à  l’occasion  de  la procédure contradictoire,  les Commissaires de la SECF ont, par décision en date du 3 novembre  2015,  retiré  l’autorisation  de  monter  délivrée  à  M. Joseph VERBEECK,  à  compter  du  14 novembre 2015, dans les courses régies par le Code des courses au trot en France. »

« La  décision  des  Commissaires  de la SECF a été publiée au Bulletin de la SECF en date du jeudi 12 novembre 2015. »

Voilà. Jos avait déjà eu maille à partir avec le fisc en 1994, puis en 2005. Lui, comme son avocat, affirment qu’en tant que citoyen belge, il s’acquitte régulièrement de ses impôts en Belgique et que tout est en ordre. Reste que Jos Verbeeck n’a pas honoré les amendes dont il a fait l’objet (et qui ont augmenté, bien entendu, au fil des années) et qu’il y aurait une différence entre les sommes déclarées en Belgique et celles qu’il a, mathématiquement, perçues en France…

Que le driver vedette ait triché, ou non, ce n’est certainement pas à moi d’en juger. Mais je suis toutefois étonné que, s’il a une dette envers les services fiscaux, ceux-ci lui interdisent d’exercer son métier dans l’hexagone (là où il remporte le plus de courses, parfois des très belles, et donc le plus d’argent), car, alors, comment va-t-il faire pour se « mettre à jour », ne serait-ce que « progressivement » ?
D’autre part, Jos, titulaire d’une licence belge, sera en piste, normalement, dimanche 15 novembre, en Italie, au sulky d’une pouliche « D » de Philippe Allaire, dans une grande épreuve. Il pourra aussi exercer en Belgique, à Mons ou ailleurs, en Suisse, en Hollande (comme à Wolwega) dans des courses « premium », donc PMU et retransmises sur Equidia…

Alors que j’ai rencontré plusieurs de ses proches de toujours, ce jeudi à Vincennes, qui s’inquiétaient pour leur ami, Jos m’a paru singulièrement serein. Après avoir plaisanté, et ri, avec Jean-Michel Bazire, il est venu vers moi, tout sourire. Je lui expliqué la « brève » que j’avais écrite, avant-hier, et aux mots de « Police des Jeux », « paris » « alcool », il a vraiment ouvert des yeux aussi ronds qu’incrédules… Puis il m’a confié :


« Je suis venu avec mon avocat, aujourd’hui. On n’a pas peur. Je suis confiant. J’ai tout gagné dans ma vie, et je vais encore gagner, là… Ne te fais pas de mouron… »

Ajouter un commentaire

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable pour l'ensemble des sites RTL.

Dans un souci de respect de cet espace de parole, nous vous invitons également à consulter notre charte de bonne conduite.