Contact Aimez RTL sur facebook Suivez RTL sur twitter Suivez RTL sur Google+ Suivez RTL via RSS Se connecter / S'inscrire
On Refait les Courses
Quinté + : la dernière minute Prix du Chesnay
Edito

Des (bonnes) nouvelles de Bertrand Lestrade, après son début d’AVC …

22Commentaires

Publié le par

Bernard (Glass) vous l’avait signalé dans ces colonnes, Bertrand Lestrade, la Cravache d’Or de l’Obstacle en titre, a été victime, il y a une dizaine de jours, d’un début d’AVC (accident vasculaire cérébral). J’ai pu le joindre ce jeudi 28 avril, en fin d’après-midi, et voici notre entretien :
"Comment te sens-tu, Bertrand ?"

"Comme un mec chanceux… Depuis mardi, je suis rentré à la maison, et quand je me lève le matin, que je vais réveiller mes enfants, quand, au moment où je te parle, je vois mon fils jouer et s’amuser, j’apprécie vraiment ces moments de bonheur simple."
"Que s’est-il passé, exactement ?"

"Le samedi 16 avril, nous étions à Bordeaux, avec le "boss", Guillaume Macaire, et, à l’issue de la réunion, nous avons travaillé des jeunes chevaux, comme souvent. Je suis tombé. Rien de méchant. Mais, durant la nuit, j’ai souffert des côtes et de l’épaule… J’ai vu s’envoler ma journée du « Président de la République", à Auteuil … Tant pis. Le patron m’a dit de me reposer pendant trois jours. J’en ai profité pour aller à Pau, histoire d’essayer le costume que je me suis fait faire pour la soirée de remise des Cravaches d’Or, au Gala des Courses, et, comme j’ai des « copains » médecins, là-bas, j’ai voulu passer une radio des côtes… Et puis, le lendemain matin, je ne tenais plus debout, je perdais l’équilibre, et j’ai commencé à vomir. On m’a emmené aux urgences. Scanner, IRM, je commençais à ne plus pouvoir articuler. L’après-midi, toutefois, je me suis senti mieux, mais le spécialiste a tenu à ce que je passe un nouveau scanner, et il a eu raison, car, plus tard, j’avais des "fourmis" partout, des défauts de sensations à droite … Et, là encore, j’ai eu beaucoup de chance…"

"Pourquoi ?"

«Il fallait me transporter le plus vite possible à l’hôpital de Bordeaux, et l’hélicoptère était le moyen le plus rapide. Mais il n’y avait pas de pilote disponible…"

"C’est ça, ta chance ?"

"Oui, car, du coup, j’ai fait le trajet en ambulance et en fait, les experts se sont aperçu, une fois dans le service spécialisé, que le caillot de sang était "au bout" de l’artère, juste au bord du cervelet. Et figure-toi qu’un changement d’altitude – comme avec un hélicoptère, par exemple – peut faire bouger le caillot…"

"Ensuite ?"

"Tout a suivi son cours normal… Déjà, il faut savoir que ce début d’AVC n’a rien à voir avec les chutes dues à mon métier, et encore moins à ma culbute du samedi à Bordeaux… Les docteurs sont formels. Tous les contrôles sont bons : aucun hématome de paroi, le cœur, le liquide autour du cerveau, les artères… Nous sommes juste dans l’attente des toutes dernières analyses de sang. Cela va te paraître un peu tiré par les cheveux mais, durant les deux semaines qui ont précédé cette petite alerte, je me suis traîné une sale angine,  rhino-pharyngite. Pas question pour moi d’arrêter le travail, ni de prendre un traitement trop fort,  style antibiotiques, car il ne faut surtout pas être déclaré « positif » au contrôle anti-dopage d’avant ou après course… Résultat,  j’ai perdu 2 ou 3 kilos, pesant 62 kilos au lieu de mes 64 ou 65 habituels… Tu sais ce que c’est, tu es jeune – j’aurai 27 ans cet été -, tu te crois à moitié invincible, tu tires – trop ! – sur la corde… Il est possible que ce déséquilibre dans mon corps aie créé un caillot… Et puis, les médecins m’ont précisé que les causes d’un AVC sur cinq ne sont pas décelées ..."

Et maintenant ?"

"Je vais de mieux en mieux… Quand je pense, sans parler même de la mort – car, là, si toi tu ne sens plus rien, évidemment, tous tes proches "dérouillent" - , j’aurais pu me retrouver à demi ou totalement paralysé, devenir un « légume », en permanence au fond d’un lit, ne plus pouvoir parler, simplement, ou ne plus pouvoir rien faire, alors que ta "tête" fonctionne normalement… Cet incident tourne en "leçon de vie", te rend optimiste… Comme je comprends Jean-Michel Bazire, qui, lui avait été atteint beaucoup plus gravement que moi, qui, en premier lieu, te parle de la "partie gratuite" que la vie t’a offerte, et qui est redevenu le numéro 1… Maintenant, je suis certain que dans un mois, quand j’aurais repris la compétition, je "rerâlerai" comme d’habitude… Mais je pense, toutefois, que je parviendrai à tout relativiser très rapidement."

"Tu dois te plier à des exercices ?"

"Oui, bien sûr… Déjà, je dois beaucoup marcher, alors je vais chercher ma fille à l’école, je me rends à l’écurie de Guillaume, je me rends avec lui sur les pistes, je veux absolument rester dans l’ambiance « compétition » ;  je vois quotidiennement un kinésithérapeute, pour travailler mon équilibre, car, je l’avoue, pour l’instant, quand je me mets sur un pied, j’ai moins d’assurance qu’avant et, lorsque je ferme les yeux, j’ai moins de repères dans l’espace… Mais tout cela va vite s’améliorer, car ces petites anomalies » sont liées à un mini problème d’oreille, que l’on traite et qui va d’ailleurs en s’estompant… J’ai recontacté mon « préparateur physique », qui a longtemps bossé à mes côtés, et qui m’aide et me conseille."

"Tes objectifs ?"
"Il reste trois semaines avant le Grand Steeple-Chase de Paris… J’ai vu Storm of Saintly gagner, hier… J’ai quinze jours pour revenir, sinon au top, tout au moins très compétitif, puis une semaine pour faire de nouveau corps avec le cheval… C’est tout à fait jouable, j’aime avoir un lièvre à poursuivre, un truc qui me motive vraiment… Si c’est "trop court" pour le 22 mai, ce ne sera que partie remise, mais, crois-moi, je vais tout faire pour être là, lors de ce grand week-end de fête de l’obstacle…"

"Un dernier mot ?"


 "Quand tu vas écrire ton article, surtout, ne dramatise pas… Tout va bien, je suis heureux auprès des miens, alors n’affole pas mes amis qui ne sont pas près de chez nous. Dis simplement que je suis conscient de la chance que j’ai eue et que je vais gagner encore beaucoup de grandes courses…"


C’est fait…

Ajouter un commentaire

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable pour l'ensemble des sites RTL.

Dans un souci de respect de cet espace de parole, nous vous invitons également à consulter notre charte de bonne conduite.