Contact Aimez RTL sur facebook Suivez RTL sur twitter Suivez RTL sur Google+ Suivez RTL via RSS Se connecter / S'inscrire
On Refait les Courses
On refait les courses du 06 octobre 2019
Suivez RTL via RSS
Edito

Les très touchants "adieux" de Cirrus des Aigles

5Commentaires

Publié le par

Chose promise, chose due : comme annoncé par France Galop, qui avait rebaptisé le quinté de ce dimanche 1er mai à Saint-Cloud, "Merci Cirrus des Aigles", Corine Barande-Barbe et ceux qui veillent sur Cirrus avaient bien amené le champion sur l’hippodrome. Beaucoup de monde, avec le soleil au rendez-vous, et il a fallu attendre l’issue de la 5e épreuve du jour pour pouvoir admirer le hongre le plus célèbre de la planète galop.


Pour patienter, sans parler du programme de choix avec, notamment, le Prix Ganay, Groupe I que Cirrus a remporté à 3 reprises (dont les deux dernières éditions, mais à Longchamp, bien sûr), un stand spécial "photo" avec Cirrus (un cliché géant, avec Olivier Peslier en selle, et une longe qui donnait la parfaite illusion que vous teniez le crack en main) était pris d’assaut par les bambins, les fans et, je dois l’avouer, je me suis aussi laissé tenter (on a promis de m’envoyer le résultat demain, et il figurera dans ces colonnes).

Après la 5ème course, donc, pratiquement tous les spectateurs (malheureusement, les préposés ; dans les balances, ne pouvaient donner aucun chiffre de fréquentation…) se sont massés autour du rond "des vainqueurs"… Et, de son pas assuré, tenu par sa fidèle Zoé, son  ange gardien et cavalière du matin qui arborait son tout petit chapeau rigolo "porte chance", comme lors de toutes les sorties de son "phénomène", Cirrus est arrivé, sous les applaudissements…

Les photographes, les caméras, il connait et s’en est toujours amusé, Corine aussi a l’habitude des médias (et on ne la remerciera jamais assez) mais, aujourd’hui, j’ai bien senti qu’elle n’était, non pas aussi à l’aise que de coutume, mais visiblement plus émue qu’après une grande victoire, au micro de Laurent Bruneteau.
Les jambes élégamment gainées de bleu, les bandages cachant donc sa "balzane une – cheval de fortune *", vieux dicton remontant aux "maquignons" et qu’il a tellement justifié, totalisant près de 8 millions d’euros de gains, Cirrus contemplait ses admirateurs, l’œil vif, mais on le sentait bien, ne demandant qu’à se « détendre »… Sur son tapis de selle d’un blanc éclatant était mentionné : "Merci Cirrus des Aigles" et, bien sûr… "N° 1" !

Par chance, je me suis retrouvé à côté de Sophie Thalmann, ancienne miss France, devenue Madame Soumillon, et "écuyère" émérite… Elle m’a assuré que tout était prêt pour accueillir Cirrus : son box, la prairie où il pourra s’ébattre, et elle a même ajouté en souriant : il va falloir prévoir deux stalles supplémentaires, au cas où : une pour Corine, et l’autre pour Zoé, car il est bien évident qu’elles vont lui apporter des camions de pommes".

Sophie avait sorti son téléphone portable, pour immortaliser l’instant, et c’est avec un plaisir non dissimulé qu’elle a vu son mari se frayer un chemin parmi la foule… Comble du respect, Christophe (qui avait remporté le Prix Ganay – encore ! - et conclu 2ème de l’épreuve suivante, la 5ème, sous les couleurs "Aga Khan", avait passé la casaque grise et grenat des propriétaires de Cirrus, représentés par deux jeunes femmes, aujourd’hui…

D’un bond, et sous de nouveaux applaudissements, l’homme au 8 Cravaches d’Or s’est mis en selle, flattant l’encolure de son « vieux complice »… Juste à côté de la crinière bien peignée du cheval, avait été glissé, sous une lanière de cuir, un joli brin de muguet « porte bonheur ».

Sophie a alors glissé à sa petite fille, Charlie : "Va rejoindre ton père, que je vous prenne tous les deux…"
Corine, habillée, comme elle le fait toujours, dans les teintes bleues rappelant sa casaque (que Galingari – "le filleul de Cirrus", dit-elle malicieusement – a portées à la 3ème place du Prix Ganay, a été félicitée par Edouard de Rothschild, le Président de France Galop, qui lui a remis en souvenir, comme aux propriétaires,  à Christophe, Zoé, et même la petite Charlie, la copie conforme du tapis de selle "Merci Cirrus des Aigles…"
J’ai demandé" à Sophie si, elle aussi, allait monter Cirrus : "Bien sûr, et j’espère que Charlie, dans un certain temps, le pourra aussi. Mais Christophe m’a prévenue, Cirrus est un "spécial", qui est capable de vous « faire la valise", histoire de jouer… Alors, pour commencer, nous allons changer son régime alimentaire, pour qu’il soit un peu moins "gazé".

Christophe, interrogé par Laurent Brunetau n’a pas cherché longtemps pour résumer d’un seul mot son partenaire : "Le courage"… Et quant à son meilleur souvenir, associé à Cirrus, le jockey a d’abord dit : "Tous nos succès ont été fabuleux… Mais il y a tout de même eu les Champion Stakes et ce Ganay, où nous battions… Trêve !"

Ayant réussi à me faufiler dans le rond, après avoir embrassé – et remercié Corine, pour son coup de fil d’hier soir et pour tout – je lui ai fait remarquer : "Vous êtes vraiment très forte : même quand Cirrus ne court pas, il réussit toujours à vous gagner quelque chose !" 

Elle a éclaté de rire et m’a murmuré : "C’est cela, la magie des courses, et les… prince charmants !"
*Le vieux dicton en question prévoit : "Balzane une, cheval de fortune ; balzane deux, cheval de gueux ; balzane trois, cheval de roi ; balzane quatre, bon à abattre."

Ajouter un commentaire

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable pour l'ensemble des sites RTL.

Dans un souci de respect de cet espace de parole, nous vous invitons également à consulter notre charte de bonne conduite.