Contact Aimez RTL sur facebook Suivez RTL sur twitter Suivez RTL sur Google+ Suivez RTL via RSS Se connecter / S'inscrire
On Refait les Courses
Les courses
Suivez RTL via RSS
Edito

Affaire du cobalt : la Norvège se paye Fabrice Souloy

6Commentaires

Publié le par

C'est une sanction sévère qui a donc été prononcée contre l’entraîneur français dans l'affaire du cobalt. Un an après les faits, le tribunal du sport norvégien a suspendu Fabrice Souloy pour 15 ans dans son pays et lui a également infligé une amende de 52.000 euros. La Suède, également partie prenante dans l'affaire, devrait faire connaitre sa décision début juillet, mais nul doute qu'elle ne sera pas trop éloignée de celle de la Norvége.

On le sait, les punitions sont sévères en Scandinavie et d'ailleurs, JMB, plusieurs fois sanctionnés pour des problèmes de parcours, ne veut plus y aller, et récemment Jos Verbeeck et Franck Nivard ont également subi des amendes.

15 ans, c'est quand même beaucoup. En France, les plus sévères sanctions n'ont été que de deux ans, et nul doute que la réussite auparavant de l’entraîneur ornais dans ces pays n'a pas joué en sa faveur. Fabrice Souloy, qui pour la même affaire est interdit d’entraîner jusqu'à la fin de l'année en France, peut bien sûr faire appel, et on espère pour lui alors une réduction de peine, même si cela parait difficilement envisageable.

Reste  en revanche l'extension possible de la punition... L'Union européenne du trot, à laquelle appartiennent tous les pays concernés par l'affaire, souhaite une égalité de sanctions. Le problème à ce niveau, comme je l'ai dit, ne s'est jamais posé en France et, prudents, les dirigeants du trot vont étudier à partir de lundi prochain 26 juin toutes les options possibles. Mais la tendance ne joue pas en faveur de Fabrice Souloy.

Ajouter un commentaire

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable pour l'ensemble des sites RTL.

Dans un souci de respect de cet espace de parole, nous vous invitons également à consulter notre charte de bonne conduite.